Pour les quatre ans de l’alternance, l’ECIDé donne de la voix

C’est depuis Paris par la voix de Mbaya Musampa, secrétaire exécutif adjoint de l’Engagement pour la citoyenneté et le développement, parti fondé par l’opposant Martin Fayulu que cette formation politique a porté son appréciation sur les quatre ans de l’alternance politique intervenue en janvier 2019, avec l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi, succédant à Joseph Kabila.

Dans une déclaration laconique, le secrétaire exécutif adjoint de l’ECIDé – France dresse un tableau sombre sur un jugement sans appel : “Nous avons été, ces 4 dernières années, témoins du pillage éhonté et en toute impunité des maigres ressources de l’État par la coalition au pouvoir comme jamais auparavant. Nous observons, impuissants, la dégradation de la situation sécuritaire sur l’ensemble du territoire national, plus particulièrement en Ituri et au Kivu, deux provinces occupées en partie par des armées et groupes armés étrangers”, déclare-t-il d’emblée.

L’opposant ajoute que son parti politique assiste, très inquiet, au retour d’un culte de la personnalité que l’on pensait révolu et qui vient rappeler les heures sombres de la cruelle dictature de Mobutu.

Au vu des éléments incontestables énumérés et de l’avis de nombreux Congolais, l’ECIDé peut affirmer, sans risque de se tromper, que le bilan des 4 ans au pouvoir de la coalition autour de l’UDPS, est très largement négatif.

 Le chaos observé aujourd’hui n’est, malheureusement pas une surprise pour nous. Bien au contraire, cela vient renforcer notre conviction et l’idée selon laquelle la solution au drame congolais n’est pas et ne sera jamais l’avènement d’un homme providentiel ou homme fort à la tête du pays. Il est donc plus impérieux que jamais de renforcer nos institutions et poursuivre notre quête de la construction de ce que j’appelle un État fonctionnel. Celui qui respectera et appliquera les règles et les lois qu’il s’est lui-même choisies de manière souveraine, estime l’ECIDé.

En conclusion, appel est fait aux Congolais de prendre conscience du coût élevé que l’illégitimité fait payer à notre jeune nation et de se mobiliser afin qu’ensemble le peuple impose par la voie démocratique les dirigeants et représentants à choisir le 20/12/23.

Share:

More Posts

Send Us A Message